23 février 2009

Bercée d'illusions

En vacances, je pensais que je pourrais avancer ma "brassière carresse" ... mais non
En vacances, je pensais que je pourrais avancer dans mon livre, voir même le finir ... mais non
En vacances, je pensais que je pourrais retrouver le sommeil ... mais non
En vacances, je me suis alors dis que si je m'épuisais en marchant, en courant, je dormirais profondément enfin... mais non
En vacances, je pensais que je pourrais me faire une petite soirée avec mon amoureux à papoter ... mais non

Au lieu de ça, je reviens fatiguée, épuisée, le moral en berne
et une très forte et méchante envie d'envoyer chier balader tout le monde !

Là, j'aurais juste envie un moment, qu'on s'occupe de moi, qu'on se demande comment je vais, et que je puisse répondre sans détoure et sans crainte d'être mal "jugée"
Là, j'aurais juste envie de ne plus avoir cette impression saugrenue, qu'il faut toujours que j'en fasse plus, que je n'ai pas le droit de me poser, de flancher ni de tomber.

D'où nous vient ce besoin de croire qu'on n'a pas le droit à ca.
D'où nous vient cette idée qu'on ne doit pas flancher, qu'il faut tenir coute que coute.
Est-ce nous insidieusement qui alimentons cette illusion ?
Pourquoi croyions-nous si fermement qu'une femme, non plutôt une maman, ne doit pas flancher ?
Pourquoi avons-nous ce sentiment d'être jugée quand on est en arrêt maladie ou quand on pose une journée pour souffler ?
Pourquoi ce sentiment de culpabilité rien qu'en écrivant ces mots, parce qu'il ne faut pas se plaindre, parce qu'il y a pire...

Alors on tient ... sans rien dire ...

-----------------------------------------------------------------------------------------------------
Edit.  03 mars
Pas d'inquiétude, je vais bien. Je suis arrêtée jusqu'à jeudi le temps de recharger les batteries.
Merci beaucoup pour vos messages et toutes vos attentions.
A très vite...

Posté par Lau_ à 16:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]


Commentaires sur Bercée d'illusions

    Tu n'es pas seule dans ton cas. T'as bien fait de laisser ce petit billet. Oui, tu as le droit de souffler un peu. As tu la possibilité de te prendre quelques heures pour toi pour souffler et t'occuper QUE de toi ?
    Bon courage et reviens nous bien en forme quand tu sentiras que ça va mieux...

    Posté par Laet102, 23 février 2009 à 16:32 | | Répondre
  • Et moi je dis ne tiens pas trop, manifeste-toi avant de faire un épuisement, l'égoïsme à parfois du bon

    Posté par Et-fée-mère, 23 février 2009 à 17:17 | | Répondre
  • Merci de mettre des mots sur ces maux...
    Prends soin de toi, prends du temps pour toi, rien que pour toi et reviens vite...

    Posté par Valérie, 23 février 2009 à 21:16 | | Répondre
  • Je t'ai déjà écrit ce que j'en pense mais je le répète ici : on a le droit, TU as le droit, de te plaindre, de craquer, de dire stop et de souffler un peu.
    On n'est pas des machines !

    Posté par loreal, 23 février 2009 à 21:47 | | Répondre
  • il y a forcément des moments dans la vie où on va moins bien, voire mal, et c'est pour tout le monde pareil, même si c'est tabou! as-tu essayé l'homéopathie pour dormir?

    Posté par tic@, 24 février 2009 à 09:49 | | Répondre
  • Comme tu le dis c'est une illusion de se penser indispensable aussi bien dans la famille que pour le monde professionnel. Mais le penser et l'appliquer est bien deux choses opposées.
    Le retrait choisi ou imposé est peut être bénéfique, mais n'est pas une solution durable. Parfois, il faut s'en remettre corps et âme à un professionnel, je l'ai fait par deux fois dans ma vie, de façon ponctuelle sur une courte durée, sans me dire que je finirai comme Woody Allen ( quoique si j'avais pu avoir son talent)... c'est très rassurant et réconfortant. Et surtout cela permet de continuer à aimer et surtout à s'aimer dans cette époque où le seul horizon reconnu est de réussir sa vie...Quelle vilaine expression.

    Posté par mf, 24 février 2009 à 10:56 | | Répondre
  • et depuis quand ne peut-on pas se plaindre ? il y aura effectivement toujours pire mais comme les autres ne vivent pas à notre place, nous seules sommes en mesure de savoir notre limite, toi seule sait juger et mesurer ton degré de saturation. il n'y a pas de honte, c'est même très sain de savoir dire "stop" et d'être un peu égoiste, sinon on se noie...
    le truc, c'est justement de le faire savoir pour être épaulée.

    Posté par ktl, 24 février 2009 à 11:03 | | Répondre
  • Repose-toi bien! C'est normal d'avoir les batteries vides parfois et il faut prendre le temps de les remplir, parce que ça ne revient pas comme ça...

    Posté par Petite bretonne, 24 février 2009 à 18:16 | | Répondre
  • J'ai l'impression que tu as pas mal marché sur la corde avant de te lâcher. Mais se lâcher est, je pense, une bonne chose, au moins tu ne vas pas lâcher tout court.
    Une petite piste si elle peut aider, je te mets le lien d'un post de Lilou que je me suis gardé de côté (pour moi, mais bon) :http://leisurelife.canalblog.com/archives/2009/01/27/12248559.html
    Il s'agit de se trouver 5 petits plaisirs pas jour. Je ne suis pas encore arrivée à 5, mais chercher aide déjà un peu...
    Une grosse bise !

    Posté par Florence, 24 février 2009 à 20:25 | | Répondre
  • Courage

    "Tenir sans rien dire", c'est tirer sur le fil en attendant qu'il rompe...

    A mon (humble) avis, mieux vaut savoir donner du mou avant qu'il ne soit trop tard.

    C'est deja courageux de regarder ton mal en face, de trouver les mots pour le decrire, d'accepter qu'il existe.

    Peu importe qu'il "y ait pire". N'oublie pas que tu es la chose la plus importante de ta vie.

    Et si tu as honte de te plaindre, n'hesite pas a m'envoyer un mail et lache-toi. Tu t'en fiches tu ne me connais pas !

    Bon courage.

    Posté par Cha, 25 février 2009 à 00:36 | | Répondre
  • "Comment vas-tu?"

    C'est virtuel, mais je te prête mon épaule, sans aucun jugement..... et je t'envoie douces pensées et courage pour remonter la pente à ton rythme, quand tu seras prête.

    Posté par Carine, 27 février 2009 à 09:19 | | Répondre
  • Tes mots me touchent beaucoup, je te comprends, si tu savais ... n'ai pas peur de craquer, bien au contraire, c'est indispensable, mais on ne s'en rend compte souvent que trop tard ... alors vas y!!!

    Posté par Sophie, 27 février 2009 à 21:26 | | Répondre
  • je suis tombé par hasard ici..et j'ai apprécié..
    C’est tellement bien écrit, bien dit et si touchant ...

    Posté par grosnuages, 28 février 2009 à 10:33 | | Répondre
  • J'espère que tu as réussi à prendre une pause. Bises !

    Posté par Loreal, 02 mars 2009 à 22:02 | | Répondre
  • dis donc, c'est pas la joie ma pauvre....
    Grosses bises pleine de réconfort, si je peux...

    Posté par Virgo, 02 mars 2009 à 22:10 | | Répondre
Nouveau commentaire